Fos – Étang de Berre. Un littoral au cœur des enjeux environnementaux. Le numéro 61 de Rives est en ligne !

Le numéro 61 de la revue Rives méditerranéennes est en ligne : intitulé Fos – Étang de Berre. Un littoral au cœur des enjeux environnementaux, le dossier de ce numéro a été coordonné par Christelle Gramaglia, membre de notre projet, et Matthieu Duperrex (ENSA‑Marseille). Xavier Daumalin et Fabien Bartolotti ont également participé à ce numéro. Vous trouverez aussi dans ce numéro plusieurs notices de sites web consacrés à cette même thématique et rédigées par l’équipe d’Aldébaran. L’ensemble des articles est accessible immédiatement en libre accès.

Présentation du numéro

Crédits : Port industriel depuis la plage de Piémanson, ©Matthieu Duperrex

Les espaces littoraux méditerranéens situés entre le grand Rhône et l’étang de Berre ont, au cours des trois derniers siècles, fait l’objet de projets d’industrialisation successifs qui frappent par leur démesure. C’est plus particulièrement le cas des travaux engagés à la fin des années 1960. Le golfe de Fos a été dédié à la pétrochimie, la métallurgie, au traitement des déchets et plus récemment, au fret et à la logistique. L’étang de Berre, déjà considérablement affecté par des pollutions aux hydrocarbures, a été sacrifié sur l’autel de l’économie pétrolière et de la production hydroélectrique. Les effets environnementaux et sanitaires ont été immédiats, provoquant la mobilisation de riverains bien décidés à obtenir de l’Etat qu’il les protège. Ce numéro spécial prend appui sur des travaux interdisciplinaires engagés depuis plusieurs années pour mettre en lumière les vulnérabilités d’un des principaux espaces productifs français. Ne se contentant pas de documenter la catastrophe chronique qui s’y joue, il souligne certaines des forces de ce territoire qui pourraient nous inspirer pour habiter plus précautionneusement l’anthropocène.

Continuer la lecture de « Fos – Étang de Berre. Un littoral au cœur des enjeux environnementaux. Le numéro 61 de Rives est en ligne ! »